Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sequins

  • Chére mariniére

    Chére Mariniére,

     

    La premiére fois que je vous ai aperçue, c'était en août. Je venais de reçevoir le numéro de septembre de BIBA. Vous étiez photographiée par Marie Flores.

    mariniere Sandro BIBA sept 090001.jpg
    Vous aviez su raviver ma passion dévorante de ce vêtement mythique et indispensable que vous êtes. Le prix annonçé, bien qu'érroné, m'importait peu. Je soupçonnais déjà l'engouement que vous susciteriez et que vous seriez l'objet de toutes les convoîtises .
    Vous fîtes trés vite votre entrée dans la blogosphére : dés le 10 août chez Minnor.  Blogosphére qui s'embrasa et s'empressa de vous annonçer " sold out". Que nenni ! La canaille que vous êtes, avait simplement deserté Paris pour Lyon. Le 13 août Barock & Roll mît un terme à cette rumeur. Je savais que je pourrai vous trouver soit dans les trois boutiques que comptent ma ville, soit dans les corners des " Au bonheur des Dames ". Et si le hasard voulait que vous ne soyez plus disponible en ville, je misais quelques espoirs sur l'un de mes e-spots, dont je surveillais, réguliérement, votre arrivée.
    Puis, je ne sais pas si la flamme s'était éteinte mais vous aviez disparu de mes pensées. Disparue jusqu'à une nouvelle parution presse dans ELLE du 18 septembre :
    mairiniére Sandro ELLE 19 sept 20090001.jpg
    photo: tony Kim
    Regain de passion. Je commençais à élaborer un plan de financement. Bientôt mienne ? Peut-être? Tou dépendait de votre hypothétique mais probable arrivée sur cet e-spot.
    Et, aujourd'hui, en fin d'aprés-midi, en feuilletant pour la nième fois ELLE,  la curiosité me conduit à me lançer à votre recherche sur le net.  Traquée, vous étiez et reperée. Ô surprise !
    mariniére ecru bijoux Sandro 100% lin PDT tryptique.jpg
    crédits photos : Place des Tendances
    Joie éphémère. Stock épuisé dans toutes les tailles. Pardonnez-moi, chére Mariniére, si je choisis de vous oublier car, vraisemblablement, vous avez plus d'affection pour les serial shoppeuses et e-shoppeuses au portefeuille bien garni.
    Adieu, chére Mariniére.