Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

revue

  • LA MODE ET LES INROCKS

    Si tu lis les Inrocks, tous les mardis en kiosque, tu sais que chaque semaine Olivier Niklaus décrypte un style. La semaine dernière le style Almodovar expliqué aux nulles comme moi.couv inrock n 693 10 mars 20090001.jpg

     

     

    Cette semaine, un dossier complet est dédié à la mode. Dossier concoté par Olivier Niklaus et Maria Bojikian, passé en revue, mais pas haché menu menu, par MÔA.

    Si je voulais copier la revue de presse dans l'émission la mode, la mode, la mode, par Olivier Niklaus, je devrais :

    • péser mon magazine
    • indiquer son prix : 3,30€
    • surligner des passages. Surligner mes Inrocks ????? NON, pas ça. Ce n'est pas possible, mais pas possible

    Je devrais mais ne le ferai pas (je n'ai pas appris). Je ferai un rapide un tour d'horizon, et je ferai des impasses. Je ne vais pas vous mâcher le travail, tout de même. Tiens, je suis repassée au vouvoiement. Conditionnement pavlovien, sans doute. Mais halte à la disgression !

    Bref, si j'ai bien saisi le propos de ce dossier (pas sure, n'oubliez pas je suis nulle), Bojikian et Niklaus se posent la question suivante : peut-on dissocier un genre (courant, style...) musical d'un style vestimentaire ?

    Interview de Lady Gaga, tendance néo-baba, galerie de tenues funky,portofolio ... devraient nous aider à trouver la réponse.

    Ce que j'ai retenu de l'interview de Lady Gaga (sur la couv') :

    Sa modestie est à la hauteur de son extravagance vestimentaire. Voici un florilége de ce que j'aurais dû mettre en surbrillance :

    • " chaque musique a sa propre esthétique "
    • à propos de son style, que Niklaus demande de décrire : " New York. Avant-garde. Belladonna. Mode. Futriste. Et un peu rash des années 70 ". Du grand n'importe quoi. Je m'excuse demoiselle, mais je ne retrouve dans ton style aucune de tes références, mais je suis nulle (notez le leitmotiv,svp)
    •  " J'ai toujours été célèbre parce que j'ai décidé que je l'étais ". Lady Gaga ne souffrirait-elle pas d'hypertension intracrânienne (la grosse tête, en français dans le texte. Vieille blague d'étudiant en PCEM 1) ?
    • à propos de sa féminité : " Aux States, le glamour italien est vu comme trash, alors que moi, je le trouve magnifique "
    • elle a -vous êtes assises modeuses du monde ?- " customisé (ses) chaussures Louboutin " pour un de ses clips. Et elle est issue de la scéne underground nex yorkaise ? ??? Pour une paire de Loub's, je me rends à New york et infiltre l'under'
    • " Je vais mourir pauvre et seule sous une montagne de fringues " comme moi.

    Malgré les efforts d'Olivier Niklaus, on ne tirera rien de cette lady quant à l'interdépendance de la musique et l'esthétique (la mode ?). Mais, comme je suis nulle, je n'ai pas compris. Nulle, vous dis-je.

    La tendance néobabatendance néobaba Emily Loizeau Inrock n 693 100001.jpg

    Dans cet article, Niklaus retrace la " génèse " de cette tendance, ou plutôt mouvance musicale qui a largement influençé, ces derniéres annnées, les podiums. Tous les grands noms de la mode se sont lançés dans le néo-hippie ou hippie chic à grand renfort de tuniques, djellabas, ceintures larges... mais la mode se lasse et délaisse peu à peu ce courant. Doit-on pour autant annoncer la mort des écolos branchés cool ? Que nenni. Il faudra encore compter avec la scéne musicale néo baba (ou hippiesters *) et ce n'est pas Emily Loizeau (ci-contre, photo de Jean-Baptiste Mondino).

    *hippiesters : contraction de hippie et hipster (=branché)

    Galeriegalerie mode p 540001.jpg

    Heidi Mueller (styliste) propose huit tenues funky. Funky, certes. Fashy, aussi. Retour au collége. je suis en 5°B et toutes les filles veulent porter la tenue ci-contre (photo : Vincent Ferrané). Maman dit non. Alors on la réserve pour les cours de modern'jazz où l'on apprend la chorégraphie de Flashdance, voire pour les boums si on a su éviter le regard de Papa. Deux entrechats et puis s'en va....

    Si vous souhaitez en savoir plus ou comprendre pour m'expliquer -je suis nulle- procurez-vous ce numéro;

    D'avance, merci.

    Nous sommes le 11 mars, je saisis donc le relais que me tend Oriane.