Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

humeur

  • Au secours !

    Ceci est un immense RAS-LE-BOL contre le monde très select et trés fermé de la  blogosphére mode.

    Je suis tombée, un jour d'ennui, sur quelques blogs mode. Mon verdict est alors tombé comme un couperet. Qui sont ces jeunes femmes qui exposent leurs achats  ? Certaines m'ont donné la nausée devant tant de déballage et d'indécence. Recherchent-t-elles l'approbation d'autrui, à défaut de celle de maman ? Quelle image entretiennent-elles avec leur corps ? Ce besoin de s'exposer, de se rassurer dans ses choix est-il le signe d'un excès ou d'un manque de confiance ? Est-ce le syndrôme Carrie Bradshaw qui frappent ces blogueuses autoproclamées modasses ? La parole aux experts : Mesdames et messieurs les psychologues, sociologues, psychiatres nous vous écoutons...

    Aujourd'hui, j'ai satisfait ma curiosité en parcourant les post des " blogueuses les plus influentes", celles dont la presse parle Je m'attendais à être étonnée. Hélàs... même si elles " appartiennent " au milieu de la mode - elles sont journalistes (free-lance), stylistes, responsables de boutique ou vendeuses... -, elles aussi se mettent en situation - exercice ô combien difficile comme peuvent en témoigner Eric et Ramzy-, se targuent d'avoir dénichées Ze pièce que personne n'aura, oubliant que la mode subit la mondialisation et obéit aux lois du marché : produire et vendre. Si elles n'ont pas vendu leur âme au diable, elles tentent d'imposer " leur " style largement influencé par les diktats des magazines féminins.

    Si je veux voir la mode ailleurs que dans un magazine, il me suffit de sortir me balader et d'observer comment les adolescentes, les jeunes de 20 ans , les trentenaires, les quadra... s'approprient la mode, jouent avec elle, bref comment vit la mode. Et, si vous me prenez en flagrant délit "  d'exhibition " , ramenez-moi sur le droit chemin. 

     La frustée en mal de lectrices et de reconnaissance que je suis, vous  remercie de m'avoir lu jusqu'au bout.