Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

babies

  • Désarroi d'une fétichiste

    Répérée sur le site en ligne  d'un vpéciste, une paire de babies ô combien désirable : talon de 10 cm, coloris ocre.

    babies Lena Milos ocre ELLE PASSIONS.JPG
    Babies Lena Milos

     Je zoome sur l'image. Je sélectionne ma taille. J'ajoute en panier. S'affiche alors le message suivant (de mémoire) : " Produit indisponible actuellement. Pour obtenir des informations sur sa disponibilité ou le résever, veuillez téléphoner au...". Que le produit ne soit pas disponible n'est pas étonnant car le catalogue vient d'être mis en ligne. Que la consommatrice ait la possibilité de la réserver, cela me semble nouveau. Me semble car j'ai été "abstinente " pour la saison d'hiver.

    Je résiste à la tentation de réserver cette paire qui ferait le bonheur de mes divins pieds. Je laisse passer une nuit, puis une matinée. Puis, sans crier gare, un autre moi inconnu de moi s'empare de moi (comportement schizoïde d'une addict ?) saisit le combiné téléphonique, compose le numéro, et patiente qu'une conseillére soit disponible... Une conseillére prend mon appel. Je lui indique que je souhaite passer une commande, lui communique les références internet du produit. Elle m'informe que ce  produit n'est pas encore disponible en me donnant les raisons. Elle me propose de les réserver. Proposition que j'accepte (le délai de livraison m'est communiqué). Je peux quitter, le coeur léger, Lyon pour quelques jours.

    Le lendemain de ma réservation, je reçois une confirmation d'expédition de ma commande.Celle-ci arrivera en mon absence et j'aurai plaisir à écouvrir ces beautés. Le jour de mon retour, trop lasse, je n'ouvre pas mon paquet. Je le fais le lendemain. Je découvre la boite sobre et efficace. Je souléve le couvercle, découvre d'abord une housse de rangement pour les transporter. Je soulève délicatement chacun des feuillets de papier de soie, sort de leur emballage, une aprés une, les chaussures, et les essaie.

    Verdict : trop grandes.

    Je vérifie le lieu de fabrication (qui n'était pas mentionné dans le descriptif. Elément pourtant ô combien important  pour déterminer la pointure à commander) : Italie. J'ai commandé un 40 (en me fiant à ma pointure française). Or, je chausse un 39 1/2 italien. Il me faut donc les retourner et demander le remboursement. J'en rage doublement ( la demi-pointure n'étant pas proposée, je dois faire le deuil de ces babies et le remboursement est souvent trés long).

    Maudite sois-je !

    crédit photo : ELLE PASSIONS